Les randonneurs sortent de la brousse néo-zélandaise pour se verrouiller et ne peuvent presque pas rentrer


  • Pauline Dupont et son partenaire ont émergé d’une randonnée de cinq jours dans la brousse néo-zélandaise pour découvrir qu’il n’y avait presque aucun moyen pour eux de rentrer chez eux en raison des multiples mesures prises par les gouvernements pour ralentir la propagation du coronavirus.
  • Ils ne pouvaient pas rentrer chez eux, et tout ce qu’ils avaient sur eux étaient leurs sacs à dos remplis de quelques jours d’essentiels.
  • Ils espèrent prendre un vol que le gouvernement allemand organise pour ses citoyens.
  • Visitez la page d’accueil de Business Insider pour plus d’histoires.

Des piétineurs belges ont émergé de la brousse en Nouvelle-Zélande plus tôt cette semaine pour découvrir que le monde était beaucoup moins ouvert en raison du coronavirus.

Le 23 mars, Pauline Dupont, son partenaire Romain et quelques amis ont émergé d’un voyage de cinq jours dans la brousse non loin de Queenstown, dans l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Leur randonnée était en dehors du service de téléphonie cellulaire, selon Radio New Zealand.

Après avoir allumé leur téléphone, ils ont découvert que la Nouvelle-Zélande était sur le point de se verrouiller et que l’Australie ne laissait entrer personne, sauf les citoyens et les résidents.

Le couple est originaire de Belgique mais vit en Australie avec des visas de travail temporaires. Ils étaient en vacances pendant un mois. Tout ce qu’ils avaient avec eux, c’était leurs sacs à dos remplis d’essentiels.

Ils ont déclaré à Radio New Zealand: « Nous étions très tristes et choqués en même temps, nous ne voulions pas croire que c’était réel. »

Ils n’ont pas abandonné tout de suite. « Nos cerveaux ont commencé à passer en mode guerre », a déclaré Dupont.

Ce qui a suivi est un échec de la course à l’aéroport de Queenstown. Ils ont ensuite loué une voiture et se sont dirigés vers le nord jusqu’à Christchurch, une plus grande ville de Nouvelle-Zélande. On leur a dit à l’aéroport qu’il n’était pas possible de se rendre à Melbourne ou en Belgique.

Après avoir publié un article sur leur situation difficile sur Facebook, on leur a offert des vêtements et un logement.

Le 26 mars, la paire espérait pouvoir monter à bord d’un vol que l’Allemagne organisait pour ses citoyens. Bien qu’ils se méfiaient de voyager et d’attraper ou de propager le coronavirus.

Dupont a déclaré à Radio New Zealand: « Nous ne voulons pas être piégés … ce n’est pas sûr. Nous pourrions tomber malades en chemin, nous ne voulons pas nous mettre en danger et nous ne voulons mettre personne d’autre en danger. »

Chargement Quelque chose se charge.



Source link

Leave a Reply